Numéros 7053

Les numéros spéciaux de la Revue Trakt 7053

Pourquoi un numéro spécial 7053 ? 


1er décembre 1955. Un après-midi banal en Alabama. Dans le bus, le chauffeur demande à Rosa Parks, 42 ans, de laisser sa place à un homme blanc pour aller se mettre au fond, dans la zone réservée aux Noirs. À l'époque, si un Blanc veut occuper les rangs du centre, c'est au Noir de se pousser, et Rosa Parks est fatiguée. Non pas physiquement mais moralement, de l'oppression que subissent alors quotidiennement les millions de Noirs des États du Sud des États-Unis. Elle dit non.  
La police l'arrête. Elle est reconnue coupable, reçoit une amende de 15 dollars et fait appel. Le jour de son procès, le 5 décembre 1955, le mouvement de boycott des bus de Montgomery débute pour réclamer la justice sociale. À sa tête, une jeune pasteur de 26 ans, Martin Luther King. Pendant 381 jours, des milliers de personnes refusent d'entrer dans un bus, se rendant au travail à pied, en partageant leurs voitures ou en taxi. 
Le 13 novembre 1956, la Cour suprême vote la fin de la ségrégation raciale dans les bus municipaux. C'est une première victoire. Mais les violences et menaces racistes restent fréquentes en Alabama. Il faudra attendre 1964 pour que les lois Jim Crow soient abrogées par le Civil Rights Act, qui interdit tout forme de ségrégation. Dès 1957, le couple Parks déménage à Detroit. Là, Rosa rencontre le parlementaire John Conyers pour lequel elle travaillera jusqu'à sa retraite en 1988.

 
Par Lucile Quillet | Le 01 décembre 2015 

 

 

LES TOTEMS QUI TOTAIMENT

Les « Totems qui Totaiment » est le premier numéro spécial 7053 de la revue Trakt. Les artistes qui ont contribué à la réalisation de ce numéro sont au nombre de 48. A leur manière, ils apportent une vision du Totem qui est souvent la représentation d’un être mythique qui peut être animal ou végétal. Il définit l’appartenance à un clan, à une famille. Le Totem qui totaime est une trace sur une des parois de notre société.
Traditionnellement, les totems racontaient et  conservaient le récit des événements historiques importants des familles, des clans. Un nouveau totem dans une collectivité était l'occasion rêvée pour organiser une grande fête. On invitait des centaines et même des milliers de personnes à y assister.

 

« Avant que nos frères blancs viennent nous civiliser, nous n’avions aucune prison. Par conséquent, il n’y avait aucun délinquant. Nous n’avions pas de clés ni de serrures, donc il n’y avait pas de voleurs. Quand quelqu’un était trop pauvre pour s’offrir un cheval, une couverture ou une tente, il pouvait recevoir cela comme cadeau. Nous n’étions pas assez civilisés pour accorder une telle importance à la propriété privée. Nous voulions posséder des choses pour les donner aux autres, s’entraider. Nous n’avions pas d’argent, pour cette raison la valeur d’un Homme ne pouvait être déterminée selon sa richesse. Nous n’avions aucune loi (écrite), aucun avocat, aucun politicien, par conséquent nous n’étions pas capables de tricher ou d’escroquer autrui. Nous étions vraiment mal en point avant l’arrivée des hommes blancs, et j’ignore comment expliquer la façon dont nous nous y prenions pour nous en sortir sans ces choses fondamentales (c’est ce que nos frères blancs nous ont dit) qui sont absolument nécessaires pour une société civilisée. »


John Fire Lame Deer, Lakota

 

Les Totems qui Totaiment

Sommaire du numéro 7053 : Les Totems qui Totems

Prochain numéro 7053 : Traktoss 117 spécial Plagiat