Trakt la revue de l'artiste brut contemporain

Trakt revue d'art brut

IIl ramasse les feuilles et d’autres trucs machins-choses qu’il met gentiment dans un petit sac. Toute la journée, il arpente les rues . C’est son travail, pour le moment. Et, après tout, c’est mieux que rien. Quand reviendra son père, on ne le sait pas; quand reviendra sa mère, il ne se pose pas la question, De toute façon, ils reviendront le chercher. Une fois, dans sa chambre, il ouvre son sac et le déverse en plein milieu: des planches, des boîtes de sardines, des couvercles, des vis et des boulons. Il accroche le tout ensemble, et voici que surgit le fusil. Et pour que tout cela tienne, il a découvert la magie du scotch. Le scotch, il faut en faire des tours et des tours! Oh, ce n’est pas un vrai fusil, mais juste un fusil pour combattre la misère, pour combattre l’adversité. Se battre... C’est,» comme qui dirait» qu’on essaie de s’arranger avec ce que l’on a, ce que l’on trouve. on ferait comme si on avait une richesse! Trouver une richesse dans le quotidien et s’exclamer: «C’est pas merveilleux ce qu’on peut faire maintenant! Et quand on viendra me rechercher, je leur montrerai!» Des photos de coureurs cyclistes, de chanteurs, d’ accordéonistes, ce qu’il découpe dans les magazines qui parlent de l’actualité, cela le fait rêver, André! Et, enfant, dans l’hôpital psychiatrique de Fleury-les-aubrais, comme il dit, il se sentait protégé quand les bombes déferlaient sur Orléans (comme il le dit: «Ils n’avaient pas le droit de lancer des bombes sur un hôpital»). Moi, l’abandonné, le solitaire, j’attends et je vis, je construis à ma façon... 

 

Revue Trakt revue d'art brut.

 


Appel

Email